06 Août 2014

Orion

Orion est l’un des deux poneys Skyros offert par Sheilagh à l’association Bouillon de Poney. Il a fait parti du voyage de mars 2014, ramené avec Achille par notre équipe grâce à l’aide formidable des personnes qui nous soutiennent.

Petit hongre de trois ans, il est reconnaissable grâce à sa robe caractéristique : un noir mélé du gêne dun. Robe héritée de son père, Yvan, le célèbre fils de Vangelis et l’un des premiers étalons exportés en Écosse.

Le gêne dun est un gêne de dilution, qui, en plus de donner des marques primitives (raie de mulet, zébrure) décolore la robe. Il est très courant chez le Skyros. Chez un cheval noir, il se traduit par une crinière aux relfets plus clairs, ainsi que des extrémités tirant sur le taupe. Chez certain Skyros, il est poussé à l’extrême et donne au cheval un bout du nez et une bordure des yeux presque blancs.

Astrapi, poulinière du Skyros Island Horse Trust, en est un très bel exemple.

Bouillon de Poney

Chez Orion, la démarcation est bien moins flagrante. Le gêne dun lui donne toutefois de petits reflets presque argentés.

Sheilagh, éleveuse Ecossaise de Skyros qui nous a généreusement offert deux poneys, nous a laissé le choix entre quatre d’entre eux : deux hongres de trois ans, et deux juments de sept et neuf ans. Notre choix se voulait principalement orienté par leur caractère. En effet, étant destinés à l’équithérapie, on cherchait deux poneys adaptés à cet emploi.

Les quatre poneys qui nous ont été présentés ont tous montré un caractère doux et généreux. Si on a choisi Achille et Orion, c’est pour deux raisons. D’un côté pour leur jeune âge, qui nous assure deux poneys à l’ardoise entièrement vierge ce qui ne peut être que bénéfique pour leur éducation. De l’autre pour leur sexe. On nous a beaucoup reproché de ne pas ramener un couple qui permettrait d’assurer la reproduction. A cela, on répond que l’objectif avec ce projet est d’offrir une solution sur du long terme à la disparition de la race. Pour ça, on a besoin de créer une demande nouvelle, d’ouvrir un marché pour le Skyros, puisqu’il n’en existe plus aucun aujourd’hui. En choisissant deux hongres, on confirme l’idée que notre but n’est pas de la reproduction non réfléchie qui ne changera pas le problème de fond mais bien la valorisation de cette race pour en assurer la survie.

Achille et Orion sont pour nous un moyen de prouver au monde français du cheval la valeur de la race Skyros. Les ramener en France est un énorme accomplissement dont on est extrêmement fiers, mais ce n’est que la première étape de notre projet. On attaque aujourd’hui les choses sérieuses en commençant avec eux le travail.

Comme on vous l’avait annoncé, il était prévu que le petit Orion commence son débourrage au mois d’août chez Yvan Minguely, un artiste cavalier qui nous a généreusement proposé son aide. Malheureusement, à cause de changements dans sa vie professionnelle, Yvan ne sera pas en mesure de commencer le travail avec Orion. C’est dommage, mais ça ne change en rien nos plans pour le futur de notre protégé. Dès le mois de septembre, Orion partira pour Grenoble commencer son nouveau travail. On vous en dira plus d’ici là !

Ce qui est sur, c’est qu’on a vraiment hâte d’observer son évolution. Sur le plan physique, elle a déjà bien commencé !

Bouillon de Poney

Au dessus, Orion en Ecosse au mois de mars, quand on l’a rencontré pour la première fois. En dessous, Orion la semaine dernière, à Tarare.

Bouillon de Poney

A très bientôt pour la suite de ses aventures !

Clio

Crédits photo : Anne Souvignet, HorseFly Films, Clio Marshall, Kevin Sarrette